Avant toute chose, il semble utile de comprendre les enjeux d’une bonne relation avec ses émotions

La durée de vie d’une émotion est d’environ 1 minute. Parfois nous avons l’impression qu’elle dure plus longtemps. Cette impression tient au fait que nous l’alimentons en nous racontant une histoire sur l’évènement qui l’a créé. Cette activité mentale s’appelle cogitation, rumination, se remettre en cause etc.

Il n’y a pas de mauvaises émotions, toutes sont utiles pour apprendre. La clé de l’apprentissage est l’émotion.

Néanmoins la fatigue, le surmenage, l’activité intense peuvent occasionner ponctuellement une surcharge émotionnelle ou saturation.

Comment couper court aux cogitations ?

La vision périphérique

Cet exercice peut être accompli, assis, debout, en marchant voir même en courant (certains sportifs l’utilisent pour augmenter leurs capacités physiques et mentales)

L’utilisation de cette technique court circuite et apaise l’activité mentale.

Fixez un point ou un objet devant vous, puis tout en restant fixer sur le point élargissez progressivement la vision à droite et à gauche simultanément. Ensuite élargissez la vision en haut et en bas en restant bien centrer sur le point fixe. Puis élargissez dans toutes les directions simultanément en fixant le point. Restez quelques minutes et observer comme le mental s’apaise. Vous pouvez conserver les yeux ouverts ou fermer suivant la convenance.

Reconnaître l’activité émotionnelle et son caractère bref
Accueillir ses émotions

L’attitude instinctive face à l’émotion jugée négative est de l’éviter, ne pas la voir. Cette habitude contre productive peut  satisfaire un court moment mais demande une dépense d’énergie colossale à long terme.

Cet exercice se pratique en général  après une situation de fort impact émotionnel. Cela peut se faire chez soi ou dans un lieu suffisamment sécurisé.

Prenez 1 minutes pour observer, comme dans l’exercice ci-dessus, votre corps. Prenez un minute pour évoquez la situation impactante et observer la réaction ou les réactions émotionnelles dans le corps. Frisson, mains moites, nœud ou boule dans la gorge, au creux de l’estomac, le cœur qui bat trop fort ou vite, et toutes sensations inhabituelles.

La phase d’évocation est très brève, inutile de macérer inutilement dans le négatif.

Ensuite quittez le souvenir de l’expérience gênante et rester attentif aux sensations, observez les, soyez avec elles, regardez comme elles bougent , elles peuvent s’amplifier, diminuer, se transformer sans chercher ni à l’enlever ni à la transformer, restez patiemment avec. Si des larmes arrivent accueillez les, observez les. Au bout de 3 minutes faites 5 secondes de vision périphérique, puis à nouveau repensez à la situation gênante et observez à nouveau les réactions émotionnelle dans le corps et répéter l’opération autant de fois que nécessaire jusqu’à ce que l’expérience deviennent neutre.

Cours Systémique GRATUIT complet & sans inscription : http://i-systemique.org
Formation PNL GRATUITE experte & sans inscription : http://pnlibre.com

Atteignez ce qui est important pour vous et prenez soin de vous

Obtenez maintenant 2 élégants moyens très complémentaires :

Voulez-vous vous sentir plus libre, en dépassant 80% du stress inutile grâce à la série de 5 vidéos animées déjà partagées des milliers de fois ?

Profitez ensuite des solutions concrètes que nous partagerons avec vous chaque semaine de l'année !

Heureux de partager avec vous. Vous allez recevoir un premier email. Profitez bien de tout !

%d blogueurs aiment cette page :